• Sarah Ben Ali

8 MARS 2020 : De quoi le défilé à l'IFT est-il le nom?

Vous vous êtes dégrisé.e.s après la soirée de l'IFT ? Ou pas encore ?

Parce qu'on en parlait sur toutes les matinales et les réseaux... Et c'est fatiguant qu'on en parle pour ne rien dire.



Rappelons donc qu'OVER 50 est un évènement organisé contre l'agisme et la stigmatisation des femmes de plus de 50 ans. On leur reproche une chose : d'avoir vécu autant pour voir apparaitre les rides et les cheveux blancs... Et moi ça m'embête énormément d'avoir zied el mekki qui commente cet évenenement. Parce qu'il a porté l'agisme et les attaques sexistes dans son discours à chaque apparition à fekret Sami el fehri.


Deuxième chose : est ce que vous trouvez normale que de nos jours, c' est l'IFT qui constitue le QG de la culture en Tunisie et que ce genre d'event engagés s'y est organisé dans l'inertie totale de l'Etat et des associations féministes ? Parce que rappelons le, la plus part des féministes de la deuxième génération y étaient.. Et les féministes de notre génération se posaient encore la question si on devait organiser une marche au lendemain d'un attentat... Parce qu'on ne peut dénoncer qu'à travers les marches voyons...


Samedi, un ami à moi m'a appelé pour me dire de venir avec lui à la marche féministe dimanche à Paris... Il m'a expliqué tout le circuit, et le symbolisme de chaque arrêt. Mon ami est cisgenre heterosexuel. Et il y va parce que c'est important.

J'ai été submergée par un sentiment d'amertume en pensant à ce groupuscule de braves jeunes femmes qui voulaient marcher à la Medina de Tunis en tapant sur des casseroles... Et qui auraient entendu des insultes et subi le male gaze comme elles l'ont subi en novembre dernier. Une poignée de femmes qui ont décidé de reporter la lutte à cause d'un attentat... Elles font ce qu'elles peuvent parce qu'aujourd'hui, le féminisme n'est pas à la mode. Ça ne fait pas bon de s'engager sur ces droits si on démontre pas un minima d'adhesion au système.


Le défilé n'aurait pas été problématique si notre Etat n'était pas démissionnaire. Mais il s'est retrouvé esseulé, isolé avec certaines femmes bobo qui parfois ont tenu des propos pas très féministes... Et que tout le monde appelle "Filles de Bourghuiba". Mises sous tutelle... Toujours... La tutelle de Bourghuiba, la tutelle de la France, la tutelle de ces hommes dans la rue, la tutelle de nos chers cyberactivistes qui ne ratent pas une occasion pour s'exprimer sur la lutte féministe. Reprocher le metoo, reprocher les moyens de lutte en collant "pseudo" ou "hystérique" devant chaque femme insoumise...


En fait... Ne vous demandez pas pourquoi les femmes sont contre les femmes, demandez vous comment vous traitez les femmes qui luttent pour leurs droits... Et quel intérêt ont les femmes de droite à qui on promet amour, sécurité, famille, de céder la chimère d'une vie stable contre une vie de désaffection et de violence poussée à l'extrême. Parce que les femmes de 50 ans, si elles ne font pas leur âge, si elles sont toujours sexualisées, "bonnes à prendre" en gardant leur fraicheur, elles sont célebrées. Les autres... Vous n'avez qu'à vous conformer.


D'ailleurs les ami.e.s quand on commencera à parler du poids de la ménopause, de son coup social, politique, psychologique et physique et que des débats soient organisés partout dans le pays par les tunisiens pour les tunisiens... Je vous dirai qu'on avance.

96 vues0 commentaire