• Sarah Ben Ali

Detox des réseaux sociaux : ou l'Art de la discrétion



Vous êtes vous déjà demandé comment ça fait d’assister à son propre enterrement ? ou plutôt si vous vouliez vous prémunir d’un super-pouvoir, Devenir invisible par exemple… avoir ce privilège de s’effacer ou plutôt d'assister à votre propre absence, comme l’a si bien écrit Proust dans "à la recherche du temps perdu" ?


Si vous répondez par la positive, alors vous avez – à un moment de votre existence- aspiré à être Dieu ! Quel beau métier Dieu ! écrivait Amin Maalouf dans « Les désorientés ». Cet être qui est là sans réellement l’être, sans réellement être… auquel on attribue des volontés et des colères… mais qui est absent… toujours… et qui observe.


J’ai une bonne nouvelle pour vous : Devenir Dieu, Vous pouvez !

Comment faire ? les cabalistes l'appelaient autrefois le Tsimtsoum : l'art d'exister dans l'absence. Trop mystique pour vous? pas de panique. Pierre Zaoui a la solution pour vous. Dans un essai intitulé « la discrétion : l’Art de disparaitre »… Il fait l'éloge de la discrétion comme mode de vie philosophique.


Je m'explique.

Discretio, en latin, signifie à la fois « discernement » et « séparation ». Concrêtement, penser le monde dans le silence et la retenue, pour agir plus justement, d'une manière plus éclairée et plus efficace. Donc Au lieu de parler, vous écouterez, au lieu de partager, vous observerez, au lieu de vous exposer, vous vous retiendrez...

Compliqué quand on est adepte des réseaux sociaux. mais si c'est pour reprendre le contrôle sur notre vie, ça vaudrait peut être le détour.




Pierre Zaoui nous explique, en se reposant sur différentes références philosophiques, comment la discrétion est devenue un acte subversif de résistance… dans une époque où le panoptique de Michel Foucault n’est pas imposé mais voulu. Instagram, Facebook, Tiktok, Twitter, linkedin, Nous sommes partout et nous nous exposons, nous prenons la parole, et nous démontrons une volonté d’être remarqués et reconnus.


George Orwell aurait-il pu imaginer un seul instant, que Big Brother n’était autre que le reflet de notre égo ?


Nous avons tous un ami sur un de nos réseaux sociaux qui regarde tout, ne commente rien, et ne partage rien. mais lors de nos veillées, il sait tout. il vous a lu, vous a vu et suit toutes vos publications. Mais alors, comment n'est-il jamais dans la réaction? comment il fait pour ne pas céder à la provocation? Ne pas prendre part au jeu, n'est-il pas une manière de disparaître aux yeux des autres et de s'oublier soi-même?


Pierre Zaoui nous explique les règles du retrait qui ne devrait être ni éternel ni un repli sur soi.. Etre discret, n’est pas être timide ou introverti… ce n’est ni l’enfermement narcissique, ni la dissolution de l’ego. C’est une décision que nous prenons pour exister par l’observation et par l’écoute… jusqu’à ce qu’on juge pertinent une intervention. Aujourd’hui, on est dans l’abondance à l’autre au lieu de l’abondance dans l’autre. Toujours dans la confession, jamais dans la curiosité. On se retrouve constamment dans la négation de l’autre et la méconnaissance de soi. Avec l’Art de disparaitre, nous reprenons le pouvoir. Nous abdiquons la puissance de paraître pour embrasser le pouvoir de la connaissance. En nous retenant, nous apprenons davantage sur nous et sur les autres.


La discrétion : Ou l'art de disparaître

chez éditions Autrement, 10€ Podcast France Culuture avec Pierre Zaoui

38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout