• Sarah Ben Ali

Le cercle des poètes disparus De N.H Kleinbaum


Je vous ai un peu parlé des livres adaptés au cinéma, et celui-là est l'un de mes préférés. Le film est aussi bon que le livre puisqu'il reste fidèle à l'œuvre de N.H Kleinbaum. On y rencontre les pensionnaires du prestigieux lycée Welton dans le Vermont et leur nouveau professeur de lettre monsieur Keating qui va leur apprendre à penser par eux même... À être des hommes libres.

C'est une ode à la beauté et à la liberté et un acte défiant le conformisme et l'orthodoxie. C'est aussi une critique de l'autorité qu'elle soit incarnée par le système scolaire ou par les parents. Le personnage de Neil en est un bel exemple. À choisir entre la soumission et la mort, il a choisi la mort. Et c'est peut être toute la pensée formulée dans cet opus : un enfant est un être mué par une volonté propre et des aspirations. L'éducation nationale et les parents ne sont là que pour l'accompagner et lui donner les outils pour réaliser ses rêves, pas pour lui dessiner ses propres rêves. N. H Kleinbaum dénonce ici les abus de la société interdisant la manifestation de l'individualité et la différence. Qui ne sont autres que des violences éducatives ordinaires dont nous débattons vivement des décennies plus tard. Enfant, je n'ai retenu que la bienveillance, le caractère subversif du Pr. Keating et le respect que lui témoignaient ses élèves. Ô capitaine mon capitaine... Quelle scène mythique. Mais j'ai occulté toutes les références philosophiques à commencer par le carpediem hédoniste ou l'appel au plaisir du grand David Henry Thoreau "vivre profondément et sucer la moelle de la vie" avec lequel on initiait les réunions du cercle des poètes disparus. J'ai lu #WaltWhitman et David #Thoreau plus tard dans la vie, et c'était en partie grâce à ces films que je trouvais magnifiques et que je revoyais souvent... Into the wild, the dead poets society ou dangerous minds... Tous m'ont initiée à la beauté de la littérature américaine et je n'ai aujourd'hui qu'un espoir : c'est que l'éducation nationale nous apprenne à lire, à écrire, à calculer et surtout... À penser... Merci Pr. Keating pour cette belle leçon philosophique.

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout