• Sarah Ben Ali

Vanessa Springora : "Le consentement"


Mais qu'est ce que c'est que de consentir à un rapport sexuel quand on a 14 ans ?

Comme l'a si bien relevé Michel Onfray, c'est plus facile de nier la sexualité des mineurs que de leur en reconnaitre l'existence... Mais Michel Onfray a eu la lucidité de parler de ce No-man's land qu'est le sexe entre mineurs... Il n'a jamais été question de légitimer l'hébéphilie de Matzneff, assumée dans les médias, ni sa pédocriminalité décomplexée racontée dans ses livres. Aujourd'hui, c'est Vanessa Springora qui raconte sa relation avec l'écrivain. Elle avait 13 ans, il en avait 50.

L'éditrice prend la plume pour reprendre la main sur son histoire. Dans "la prunelle de mes yeux ", Matzneff a loué l'utilité de ses agissements initiatiques à l'égard des moins de 16 ans en contant son "idylle" avec Springora. Pour lui, pas de violence, pas d'abus. Et c'est de ça dont Vanessa Springora nous parle dans ce livre : la zone grise. Un enfant peut aimer un adulte. Mais c'est à l'adulte d'être responsable. Matzneff omet de dire la vulnérabilité d'une pré-ado en quête d'amour...Parce qu'il en use. Ses proies se trouvent désarmées face à son emprise, et sa notoriété littéraire. Ce livre est un témoignage. Il se refuse la psychanalyse et l'inquisition. Les coupables ? Une société complaisante qui n'a pas su condamner un écrivain germano-pratin pour les crimes qu'il commettait au su de tout le monde. Des crimes qu'il racontait dans des journaux publiés chez des éditeurs prestigieux et sur des plateaux tv "apostrophés".

Matzneff n'a jamais pris son attirance pour les imberbes et les nymphettes comme une anomalie, ni ses multiples passages à l'acte comme de l'abus ou du viol. Dans sa tête, Son "affection" et ses pratiques relèvent de la subversion... Il est interdit d'interdire, disait-on... "le consentement" est thérapeutique pour V-, mais ça devrait surtout éclairer nos lanternes sur l'obligation de protéger les mineurs. Et non. "à 14 ans, on n'est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie du collège, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche, à l'heure du goûter."

43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout